Tempête du 1er mars 1923

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 28 février 1923

Date de fin d’événement : 02 mars 1923

Type d’événement : tempête d’origine atlantique de type Wd (classification Dreveton)

Régions concernées :

Régions impactées

Bretagne, Haute-Normandie, Basse-Normandie, Île-de-France, Picardie, Poitou-Charente, Aquitaine

Limousin, Auvergne, Pays de la Loire, Centre, Bourgogne

Résumé :

Dans la journée du 1er mars 1923, une dépression se creuse au large de l’Irlande avec une pression de 980 hPa.
Le sud de l’Europe de l’Ouest est protégé par un anticyclone. Entre les deux, un resserrement des isobares provoque une tempête qui déferle sur le Nord de la France.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
200 km/h ?
<1 jour
Nord de la France
 ????

II. Description de la situation météorologique

En cette fin février, la situation est fortement dépressionnaire sur l’Atlantique Nord. Un courant d’Ouest s’installe, il déferle sur le Nord-Ouest de l’Europe. Au sein de cette circulation zonale, une dépression se creuse rapidement à l’Ouest de l’Irlande entre le 1er mars et le 2 mars. Le thalweg associé balaye rapidement le pays pendant la journée du 1er.

La dépression n’est pas très creuse (environ 980 hPa), mais la forte différence de pression entre cette dépression et l’anticyclone sur le Sud de l’Europe de l’Ouest (1025 hPa) provoque une tempête sur le Nord de la France.

Du fait du faible déplacement des centres dépressionnaires, la carte de trajectoire n’est pas pertinente.

Animation du champ de pression niveau mer
Animation pression niveau mer
Analyse Surface le 28/02/1923 à 07 h locales Analyse Surface le 01/03/1923 à 07 h locales Analyse Surface le 02/03/1923 à 07 h locales
Analyse Surface le 28/02 à 07h Analyse Surface le 01/03 à 07h Analyse Surface le 02/03 à 07h

III. Vent

Des sources évoquent des valeurs de vent de 200 km/h, mais elles ne sont pas vérifiables. Dans le doute, aucune valeur de vent n’est proposée.

IV. Phénomènes météorologiques associés

Outre un vent décrit comme un « ouragan » et les dégâts associés, il y a de nombreuses inondations dans la moitié Nord de la France. Ces inondations sont surtout dues à la succession de fronts très pluvieux depuis le mois de février.

V. Impacts socio-économiques

Des vagues de 10 m déferle sur le Croisic. On signale des dégâts à Angoulême, Bordeaux, Limoges, Brive-la-Gaillarde et Clermont-Ferrand. La Seine et la Loire débordent (3 semaines d’inondations à Angers). Un autre front particulièrement musclé déferle sur ces mêmes régions dans la nuit du 2 au 3 mars. Lors de son passage on relève de nombreux dégâts dus à la grêle, au vent, et à la pluie notamment à Dijon, Bourges, les Sables-d’Olonne, Bordeaux, Tulle, Brive-la-Gaillarde.