Tempête du 6 au 8 novembre 1982

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 06 novembre 1982 à 20 heures locales

Date de fin d’événement : 08 novembre 1982 à 23 heures locales

Type d’événement : tempête atlantique de type Ss (classification Dreveton)

Départements ou régions touchés :

Régions impactées

Provence-Alpes-Côte d’Azur (Var, Bouches-du-Rhône, Vaucluse), Languedoc-Roussillon (Gard, Hérault, Aude, Pyrénées-Orientales), Midi-Pyrénées (Aveyron, Lot, Ariège, Haute-Garonne), Auvergne, Centre (Cher, Indre, Loiret, Eure-et-Loir), Rhône-Alpes (Drôme, Loire, Isère, Rhône, Savoie)

Champagne-Ardennes (Aube), Poitou-Charentes (Charente-Maritime), Bourgogne, Picardie (Oise), Pays-de-la-Loire (Loire Atlantique, Vendée), Aquitaine (Lot et Garonne, Pyrénées-Atlantiques), Basse-Normandie (la Manche), Haute-Normandie, Bretagne (Finistère, Morbihan), Lorraine (Moselle), Île-de-France (Yvelines, Val d’Oise), Limousin (Haute-Vienne).

Résumé :

Une dépression atlantique extrêmement creuse génère un violent courant d’est à sud sur la région méditerranéenne, épargnant toutefois la Corse.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
216 km/h au Mont Aigoual (66)
52 heures
38 %
exceptionnel

II. Description de la situation météorologique

Une dépression située au large de l’Europe occidentale se creuse fortement jusqu’à 960 hPa dans la journée du 6 novembre en se dirigeant lentement vers le sud-est jusqu’à atteindre le cap Finisterre le 7 novembre à 19 h. En même temps des hautes pressions se maintiennent sur l’Italie, favorisées par la présence d’air froid, très dense, dans les basses couches, principalement sur la plaine du Pô.

Le 7 novembre à 7 heures du matin la température n’est que de ‑1 °C à Venise. Il en résulte un resserrement exceptionnel des isobares et des vents d’une extrême violence. Durant la nuit du 7 au 8 novembre la dépression se décale vers la pointe Bretagne en se comblant.

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer
Trajectoire Pressions niveau mer

III. Vent

Rafales maximales observées Carte événementielle des rafales maximales estimées
Rafales maximales observées Rafales estimées de l'événement

La tempête souffle sans discontinuer de la deuxième partie de la nuit du 6 au 7 jusqu’au 8 en début de matinée.

Dans les Bouches-du-Rhône, elle se maintient toute la matinée du 8. À Sète le vent souffle de la force digne d’un ouragan toute la matinée et le début d’après-midi du 7 puis à nouveau en milieu de nuit du 7 au 8.

En altitude le vent atteint des valeurs phénoménales : au Mont Aigoual, le vent souffle à la force ouragan presque sans répit du 6 après-midi au 8 après-midi. Le 7 le vent moyenné sur 10 minutes maximal frise les 200 km/h (sud-sud-ouest 198 km/h).

Le 7 novembre la tempête a également gagné de nombreuses régions : le massif central (129,6 km/h à Clermont-Ferrand), le quart sud-ouest (147,6 km/h à Gourdon, 111,6 km/h à Toulouse), le Finistère (133,2 km/h à la pointe de Raz, 126 km/h dans la rade de Brest), le Morbihan (118,8 km/h à Belle-Île).

Le 8 la tempête s’étend à la région parisienne et à la Manche (126 km/h au Cap de la Hève, 108 km/h à Roissy).

NB : la force 12 sur l’échelle Beaufort correspondant à ouragan fait référence à un vent moyenné sur 10 minutes supérieur ou égal à 64 nœuds soit 118 km/h. Nous l’utilisons ici pour aller au-delà de la tempête ou de la violente tempête.

RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Roussillon–Languedoc 30 – Gard Mont Aigoual 1567 216
Roussillon–Languedoc 34 – Hérault Sète 80 166
Provence–Alpes–Côte d’Azur 13 – Bouches-du-Rhône Bec de l’Aigle 316 162
Midi-Pyrénées 12 - Aveyron Millau 712 155
Bourgogne 71 – Saône-et-Loire Mont St Vincent 602 151
Midi-Pyrénées 46 – Lot Gourdon 260 148
Auvergne 15 – Cantal Aurillac 639 144
Roussillon–Languedoc 66 – Pyrénées-Orientales Cap Béar 82 144
Provence–Alpes–Côte d’Azur 13 – Bouches-du-Rhône Cap Couronne 27 137
Provence–Alpes–Côte d’Azur 83 – Var Porquerolles 137 137
Auvergne 63 – Puy-de-Dôme Clermont-Ferrand 331 130
Roussillon–Languedoc 34 – Hérault Montpellier 2 126
Centre 18 – Cher Avord 175 112
Provence–Alpes–Côte d’Azur 84 – Vaucluse Orange 57 112
Roussillon–Languedoc 30 – Gard Nîmes-Courbessac 59 108
Midi-Pyrénées 09 – Ariège Saint-Girons 414 108
Rhône-Alpes 26 – Drôme Montélimar 73 108
Champagne-Ardenne 10 – Aube Troyes 112 108
Midi-Pyrénées 31 – Haute-Garonne Toulouse 151 104
Roussillon–Languedoc 11 – Aude Carcassonne 128 101

IV. Phénomènes météorologiques associés

Les précipitations

On observe des précipitations intenses sur le sud des Pyrénées orientales, le Languedoc, voire exceptionnelles sur les Cévennes. Les précipitations sont fortes également sur les Alpes-Maritimes, les hauteurs de la Corse et entre le Vaucluse et les Alpes de Haute Provence, ainsi que sur la Bretagne. On notera un effet de fœhn sur la Corse occidentale.

Pluviométrie le 7 novembre 1982 Pluviométrie le 7 novembre 1982 sur le Sud-Est
Pluie le 7/11/1982 Pluie le 7/11/1982 sur le Sud-Est

Pluviométrie le 7 novembre 1982

Dans le Gard

  • 384 mm à Saint Romans de Tousques
  • 360 mm à Levigan
  • 313 mm à Croix de Bernon

En Ardèche

  • 294,3 mm à Loubaresse

Mais aussi, en Bretagne

  • 63,5 mm à Lorient
  • 57,1 mm à l’Île de Groix et 52,2 mm à Rostrenen

Les vagues

Sur la Côte d’Azur la mer est forte (avec des creux compris entre 2,5 et 4 m) le 7 jusqu’au 8 en début d’après-midi.

Sur la Provence et le Roussillon elle est très forte (creux compris entre 4 et 6 m) le 7 et le 8 voire jusque dans la nuit du 8 au 9 à certains endroits. Vers le delta du Rhône des creux de 6 à 9 m sont observés la nuit du 7 au 8 et la matinée du 8.

Mais c’est sur le Languedoc que les vagues prennent une hauteur tout à fait exceptionnelle. La mer est grosse le 7 et le 8 avant de s’apaiser dans la nuit du 8 au 9. En mer, un peu plus au sud, entre une mer du vent déchaînée d’est-sud-est et une très forte houle de sud-sud-est la mer a dû être très grosse (creux de 9 à 14 m) voire temporairement énorme.

V. Impacts socio-économiques

Sans doute une des plus grosses tempêtes de sud à sud-est, sinon la plus grosse, sur le sud-est de la France depuis un siècle.

Cette violente tempête avec de très fortes pluies a balayé l’ouest de l’Europe. Les vents ont soufflé à plus de 140 km/h à l’intérieur des terres et plus de 180 km/h sur le littoral languedocien. Par son extension spatiale, les quantités d’eau enregistrées, les dégâts dus aux inondations, aux vents et à la houle, c’est l’un des plus formidables épisodes sur la moitié sud de la France des 30 dernières années.

Sept cent mille foyers, soit environ 2 millions de personnes, furent privés d’électricité le premier jour. On constate des destructions catastrophiques sur environ 30 départements. En France, on déplore 15 morts et 60 blessés, 12 morts en Andorre.

La tempête provoque également de gros dégâts dans le port de Sète.

Informations complémentaires disponibles sur le site des tempêtes avec submersion : étude Vimers des événements de tempête en Bretagne par Météo-France, le SHOM (Service Hydrologique et Océanographique de la Marine) et le Céréma (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).