Daria le 25 janvier 1990

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 25 janvier 1990 à 11 heures locales

Date de fin d’événement : 26 janvier 1990 à 00 heure locale

Type d’événement : dépression atlantique de type WD (classification Dreveton)

Départements touchés ou régions concernées :

Régions impactées

Bretagne, Basse-Normandie, Haute-Normandie, Pays de la Loire, Nord-Pas de Calais, Picardie, Île-de-France, Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace pour les plus touchées

Mais aussi dans une moindre mesure :

Poitou-Charentes, Centre, Bourgogne, Limousin (Creuse), Auvergne (Allier), Franche-Comté (Haute-Saône)

Résumé :

Une dépression atlantique traverse les Îles Britanniques le 25 janvier 1990. Son creusement très rapide, de type « explosif », provoque une violente tempête sur toute la moitié nord de la France. Les rafales de vent dépassent ponctuellement les 170 km/h sur les côtes de la Manche, 110 à 140 km/h dans l’intérieur. Cette tempête, baptisée Daria, est l’une des plus meurtrières et destructrices de la décennie 90 à l’échelle de l’Europe.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
176 km/h à la Pointe du Raz (29)
14 heures
37 %
fort

II. Description de la situation météorologique



Dans le rapide flux perturbé d’ouest qui s’est mis en place depuis plusieurs jours autour d’un vaste centre dépressionnaire centré sur l’Islande, une petite dépression secondaire se creuse sur l’Atlantique dans la nuit du 23 au 24 janvier 1990.
Sous l’influence d’un jet de vents forts en altitude, ce creusement s’amplifie très nettement à l’approche de l’Irlande et devient « explosif » en traversant les Îles Britanniques dans la nuit du 24 au 25 et en journée du 25, avec une pression au centre qui passe de 978 à 950 hPa en seulement 15 heures.
Cette dépression s’accompagne de vents très violents qui balayent une vaste zone du nord de la France au Pays-de-Galles jusqu’au Danemark et au nord de l’Allemagne, avec des pointes à plus de 170 km/h sur les côtes françaises, et parfois largement supérieures à 110 km/h dans l’intérieur des terres.

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer Analyse en surface le 25 janvier 1990 à 13h locales
Trajectoire Pressions niveau mer Analyse Surface 12 utc

III. Vent

Cette tempête est la première de la série des violentes tempêtes qui touchent le pays début 90.

La tempête aborde les côtes finistériennes en milieu de nuit du 24 au 25.
Le vent de sud-ouest continue de se renforcer en matinée du 25 sur tout le nord de la France pour atteindre son paroxysme en début d’après-midi sur toutes les côtes de la Bretagne au Nord-Pas-de-Calais, avec des pointes à 150-170 km/h.
Les vents moyens sont également remarquables, souvent supérieurs à 100 km/h sur le littoral de la Manche avec un maximum de 148 km/h au Cap de la Hague (50) (record de la station depuis 1981).

Rafales maximales observées Rafales maximales estimées
Vents maxi observées Rafales maximales estimées

Dans l’intérieur, au nord d’une ligne Lorient-Paris, on relève dans le même temps des rafales à 110-130 km/h, localement 140 km/h.

Plus au sud, des Pays-de-la-Loire et du Poitou-Charentes à la région Centre, les rafales sont de l’ordre de 100-110 km/h, localement 120 km/h.

En fin d’après-midi et début de soirée, la tempête se décale sur Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace, avec des pointes à 110-120 km/h localement supérieures à 130 km/h.

Elle touche également la Bourgogne et le nord de la Franche-Comté de manière plus atténuée, avant de se déplacer vers l’Allemagne en cours de soirée.

Le lendemain, si le vent ne souffle plus en tempête, les rafales qui accompagnent les averses orageuses dépassent encore ponctuellement les 100 km/h.

Valeurs remarquables des rafales mesurées le 25/01/1990
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure locale
Bretagne 29 Pointe du Raz 81 176 Le 25/01/1990 (matinée)
Haute-Normandie 76 Cap de la Hève 100 173 Le 25/01/1990à 14h25
Basse-Normandie 50 Cap de la Hague 6 166 Le 25/01/1990à 13h15
Nord-Pas de Calais 59 Dunkerque 11 155 Le 25/01/1990à 13h30
Nord-Pas de Calais 62 Boulogne-sur-Mer 73 155 Le 25/01/1990à 13h05
Bretagne 29 Quimper 90 155 Le 25/01/1990à 15h46
Picardie 80 Abbeville 69 144 Le 25/01/1990à 14h37
Île-de-France 95 Roissy 108 140 Le 25/01/1990à 15h06
Lorraine 54 Nancy-Ochey 336 137 Le 25/01/1990à 18h15
Basse-Normandie 14 Saint-Gatien-des-Bois 139 137 Le 25/01/1990à 13h31
Champagne-Ardenne 52 Langres 466 133 Le 25/01/1990à 19h26

IV. Phénomènes météorologiques associés

Cette tempête génère de fortes vagues sur les côtes atlantiques et en Manche, associées à une surcote importante sur l’est de la Manche (pic de surcote d’environ 2 mètres à Boulogne et au Havre).

Elle s’accompagne également de précipitations localement modérées sur les trois quarts nord-ouest du pays. Toutefois, ces pluies circulent rapidement et n’occasionnent pas de cumuls notables : la lame d’eau s’échelonne en effet généralement entre 7 et 15 mm, localement 20 mm.

Anomalie de température maximale le 25 janvier 1990

Excès de la température diurne le 25 janvier 1990

En revanche, la douceur inhabituelle qui précède le passage de la dépression mérite d’être notée.

On relève en effet le 25 janvier des températures maximales de 10 à 14 °C sur la moitié nord de la France, et de 14 à 18 °C sur la moitié sud avec des pointes à plus de 20 °C au pied des Pyrénées sous l’influence de l’effet de foehn.

Ces températures se situent 5 à 10 °C au-dessus des normales d’une fin janvier.

Le refroidissement est spectaculaire le lendemain, les températures maximales perdent 6 à 9 °C selon les endroits.

V. Impacts socio-économiques

Le bilan de la tempête Daria est extrêmement lourd, avec 95 morts et plusieurs centaines de blessés sur l’ensemble du nord-ouest de l’Europe. Il s’agit de la tempête la plus meurtrière en Europe depuis celle d’octobre 1987.

En France, une dizaine de décès sont à déplorer ainsi que de nombreux blessés, à la suite de chutes d’arbres, de pylônes, de murs et de grues, ou encore à cause d’accidents de la circulation.
De très nombreux foyers sont privés d’électricité, et les sapeurs-pompiers effectuent plus d’une dizaine de milliers d’interventions.
Les dégâts matériels sont très importants du fait de la détérioration de bâtiments ou d’infrastructures.
On estime par ailleurs que la tempête arrache sur son passage l’équivalent de tous les arbres de la forêt de Fontainebleau. La circulation est coupée sur de nombreux axes dont la N13 et le pont de Tancarville, le trafic des car-ferries est interrompu dans le détroit du Pas-de-Calais, de nombreux navires sont en difficulté au large de la Bretagne et en Manche.

Le coût des dégâts de cette tempête s’élève à 1,5 milliard d’euros.

Informations complémentaires disponibles sur le site des tempêtes avec submersion : étude Vimers des événements de tempête en Bretagne par Météo-France, le SHOM (Service Hydrologique et Océanographique de la Marine) et le Céréma (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).