Tempête du 07 au 8 octobre 1924

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : le 07/10/1924 aux alentours de 20 h

Date de fin d’événement : le 08/10/1924 aux alentours de 14 h

Type d’événement : tempête atlantique de type SW (classification Dreveton)

Régions touchées :

Régions impactées

Sont concernées les régions au nord de la Loire, plus particulièrement celles en bordure de la Manche.

Résumé :

En lien avec un vaste système dépressionnaire s’étendant du sud du Groenland aux Îles Britanniques, une tempête balaye les côtes nord-ouest de la France le 07 et 08 octobre 1924.
Cette tempête occasionne de nombreux dégâts et des pertes humaines, surtout concentrés sur les Côtes-d’Armor et les côtes de Manche.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
11 Beaufort (103-117 km/h)
environ 18 h
de l’ordre de 20 %
 ????

II. Description de la situation météorologique

Une dépression de l’ordre de 975 hPa se forme sur le sud-est du Groenland le 03/10/1924. Pendant les jours suivants, elle s’étend jusqu’au sud de l’Islande (le 05) puis le nord des Îles Britanniques (le 06 et le 07 octobre).

En marge de ce vaste système dépressionnaire, un minimum secondaire apparaît au large de St Pierre et Miquelon le 05/10/1924. Il est d’ailleurs fort probable que son origine corresponde à une tempête tropicale (tempête n°7 sur site Weather) du 24/09/1924.

Cette seconde dépression (990 hPa) aborde les côtes bretonnes durant la nuit du 07 au 08 octobre 1924 avant de remonter le long des côtes de Manche puis vers la mer du nord pendant la journée du 08.

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer Analyse surface du 8 octobre 1924 à 7 h
Trajectoire Pressions niveau mer Analyse Surface le 8/10/1924 à 7h

III. Vent

Concernant cette tempête, nous ne disposons d’aucun relevé de vent.

Néanmoins, au vu des dégâts importants occasionnés à son passage, on peut estimer la force du vent à 10 Beaufort (89 à 102 km/h) sur les côtes du Finistère et 11 Beaufort (103 à 117 km/h) de secteur nord-ouest entre le cap de la Hague et Bréhat.

Valeurs remarquables des rafales mesurées entre le 07/10/1924 et le 08/10/1924
RégionDépartementPosteVent instantané
maximal (km/h)
Date de la mesure
Bretagne Finistère 89-102 08/10/1924
Basse-Normandie Manche Cap de la Hague 103-117 08/10/1924
Bretagne Côtes d’Armor Cap de Bréhat 103-117 08/10/1924

IV. Phénomènes météorologiques associés

Parallèlement au vent fort, cette tempête amène son lot de précipitations.

Néanmoins, les quantités restent sans excès. En effet, on relève des valeurs autour d’une dizaine de mm pour l’épisode : 8 mm à Brest, 13 mm à Rennes, 14 mm à Er-Hastellie, 16.5mm à Cherbourg et un maximum de 21mm à Lorient. En Angleterre, sur les Îles Scilly, le cumul de pluie atteint 58 mm.

Comme pour toutes les tempêtes atlantiques, on peut se poser la question d’un phénomène de surcote. Cependant, du fait notamment de coefficients de marée assez bas, de l’ordre de 52 (PM 02h55 – 9.32m) à 57 (PM 15h33 – 9.82m), cette tempête ne semble pas avoir généré de surcote notable.

V. Impacts socio-économiques

Pertes humaines : la presse de l’époque fait état de 3 morts (2 aviateurs au Bourget pendant des manœuvres aériennes, 1 piéton écrasé par une chute d’arbre).

Navires en détresse : plusieurs bateaux se retrouvent en détresse en pleine mer avec notamment un thonier échoué du côté de Concarneau, un chalutier à Ouessant.

Un trois mâts : la « Pleubiannaise » fait naufrage avec son chargement de houille dans la baie de St Brieuc sans faire de victime.

Cette tempête a également détruit l’observatoire du général Mangin (forêt de Retz près de Villers-Cotterêts). Cet observatoire fut utilisé lors de l’attaque du 18 juillet 1918 par le général Mangin forçant la victoire Française.

Parallèlement, on relève des dégâts matériels importants, des arbres déracinés, des chutes de tuiles, des palissades et des cheminées abattues, des communications interrompues…

Informations complémentaires disponibles sur le site des tempêtes avec submersion : étude Vimers des événements de tempête en Bretagne par Météo-France, le SHOM (Service Hydrologique et Océanographique de la Marine) et le Céréma (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement)