Tempête du 4 janvier 1998

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 4 janvier 1998 à 11 heures locales

Date de fin d’événement : 4 janvier 1998 à 18 heures locales

Type d’événement : dépression atlantique de type Wd (classification Dreveton)

Départements touchés ou régions concernées :

Régions impactées

Bretagne, Pays de la Loire (Loire-Atlantique, Vendée, Maine-et-Loire), Poitou-Charentes (Charente-Maritime), nord du Limousin

Centre (Loiret), sud-ouest de l’Île-de-France, Basse-Normandie (Calvados, Manche), Haute-Normandie, Picardie (Aisne, Somme)

Nord-Pas de Calais, Alsace (Haut-Rhin), Champagne-Ardennes, Lorraine, Franche-Comté, Bourgogne, Auvergne

Résumé :

Une troisième dépression en 3 jours traverse l’Angleterre. Les vents forts qui balaient la France depuis la Bretagne jusque dans le Nord-Pas de Calais ajoutent de nouveaux dégâts à la liste ouverte le 2 janvier.
Les côtes sont encore les principales concernées avec des relevés qui dépassent les 140 km/h (158 km/h sur la pointe de Chemoulin en Loire-Atlantique). Au total, plus d’un quart des stations subissent des vents supérieurs à 120 km/h et presque la moitié en Bretagne.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
180 km/h sur l’Île de Groix le 04/01/1998
8 heures
8 %
modéré

II. Description de la situation météorologique


Après le passage des deux tempêtes du 2 et du 3 janvier, une nouvelle dépression secondaire se creuse dans le flux rapide d’ouest à sud-ouest. Cette dépression atteint un minimum de pression à 968 hPa sur le sud de l’Irlande en matinée du 4 puis traverse le nord de l’Angleterre et se dirige vers le Danemark tout en se comblant (975 hPa le 5 janvier à 1 h). Cette dépression génère des vents forts de la Bretagne au Nord-Pas de Calais.

La période de tempête commencée le 2 janvier se terminera le lendemain 5 janvier avec le passage d’une quatrième tempête sur les régions nord de la France.

Ce nouvel épisode de vent accentue l’agitation de la mer rendant toujours les liaisons maritimes avec certaines îles impossibles (Belle-Île-en-Mer notamment).

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer
Trajectoire Pressions niveau mer

III. Vent

Les premières rafales violentes concernent la Bretagne dès le début de matinée. C’est de la fin de matinée au milieu de l’après-midi que le vent est le plus fort en Bretagne (120 à 180 km/h). Plus à l’est, on enregistre les rafales maximales entre la fin d’après-midi et la soirée (90 à 126 km/h pour le Nord-Pas de Calais et 90 à 108 km/h pour la Picardie). Entre les deux, la Normandie subit le plus fort passage venteux dans l’après-midi (100 à 144 km/h). L’Alsace reste au calme jusqu’en soirée (90 à 119 km/h au maximum).

Tout au long de la journée, le littoral, de l’Atlantique à la mer du Nord subit des rafales violentes.

Les 180 km/h sur l’île de Groix constituent un nouveau record (période 1981-2014), détrônant le précédent record de la tempête des 15 et 16 octobre 1987 avec 169 km/h. De même à Vannes où les 133 km/h supplantent l’ancien record de février 1990 avec 126 km/h (période 1987-2014).

Animation des rafales horaires estimées Carte événementielle Indice de sévérité
Animation Carte événementielle Indice de sévérité
Animation des vents maxima horaires Vent maximal au cours de l’évènement
Animation vent Carte vent
Valeurs remarquables des rafales mesurées le 04/01/1998
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure locale
Bretagne 56 Île de Groix 41 180 04/01 à 09h04
Pays de la Loire 44 Guérande 4 126 04/01 à 16h45
Bretagne 29 Pointe du Raz 69 151 04/01 à 14h25
Basse-Normandie 14 Damblainville 155 126 04/01 à 16h45
Pays de la Loire 85 La Roche-sur-Yon 90 115 04/01 à 11h20
Alsace 68 Bâle Mulhouse 263 119 04/01 à 18h08
Picardie 02 Passy-en-Valois 143 130 04/01 à 14h45
Basse-Normandie 14 Damblainville 155 126 04/01 à 16h45
Haute-Normandie 76 Cap de la Hève 100 140 04/01 à 19h52
Nord - Pas de Calais 62 Boulogne-sur-Mer 73 126 04/01 à 18h07

IV. Phénomènes météorologiques associés

Pluie  cumulée 5 janvier 1998

Cumul pluviométrique sur 4 jours du 1 au 4 janvier 1998

Il pleut quotidiennement mais les cumuls restent raisonnables.

La mer se renforce progressivement ainsi que les jours suivants (jusqu’au 5 janvier 1998) sous l’effet des tempêtes successives. Au paroxysme, dans la Manche, on enregistrera des creux supérieurs à 9 mètres (mer très grosse).

V. Impacts socio-économiques

Dès le 2 janvier, les liaisons maritimes sont fortement perturbées. Des touristes sont bloqués sur les îles bretonnes pendant plusieurs jours.

La durée de l’événement (succession de tempêtes du 2 au 5 janvier) a des conséquences importantes sur les trafics ferroviaire et routier.

500 000 foyers sont privés d’électricité, nombreuses toitures arrachées, clochers abattus, arbres déracinés, camions renversés.

Les dégâts sont importants mais essentiellement matériels. On déplore une victime directe : un homme emporté par une lame au Croisic le 1er janvier (la veille de la première tempête du 2 janvier).

Informations complémentaires disponibles sur le site des tempêtes avec submersion : étude Vimers des événements de tempête en Bretagne par Météo-France, le SHOM (Service Hydrologique et Océanographique de la Marine) et le Céréma (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement)

VI. Remarques

Cette tempête du 4 janvier s’inscrit dans une série de quatre tempêtes qui concernent le nord de la France entre la Bretagne et le Nord-Pas de Calais. Tous les jours, entre le 2 et le 5 janvier, une dépression traverse rapidement les régions proches de la Manche et génère des vents forts. Chaque nuit, une poussée anticyclonique est l’occasion d’un répit provisoire.
Sur les côtes bretonnes, les rafales dépassent les 100 km/h tous les jours entre le 1er et le 7 janvier.