Tempête des 12 et 13 septembre 1993

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 12/09/1993 à 20 heures locales

Date de fin d’événement : 13/09/1993 à 00 heures locales

Type d’événement : dépression atlantique de type Wd (classification Dreveton)

Départements touchés ou régions :

Régions impactées

Bretagne, Pays-de-la-Loire (Loire-Atlantique, Vendée), Poitou-Charentes, Aquitaine (moitié nord du littoral aquitain)

Limousin et Basse-Normandie (côte ouest du département de la Manche)

Résumé :

La lente progression de l’ex-dépression tropicale Floyd sur les départements côtiers de la Manche génère pendant 2 jours des vents de 110 à 150 km/h sur le littoral Atlantique, 110 km/h dans le Golfe de Saint-Malo, 80 à 110 km/h dans les terres, de la Bretagne au Poitou-Charentes.
On dénombre au moins 5 morts, des centaines de bateaux échoués entre Belle-Île et le Bassin d’Arcachon, 40 000 foyers privés d’électricité dans le Finistère…

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
158 km/h à Belle-Île - Le Talut (56)
5 heures
environ 2 %
modéré

II. Description de la situation météorologique



L’ex-dépression tropicale Floyd se rapproche de la Bretagne en se creusant.

Elle se situe à l’entrée de la Manche le dimanche 12 septembre 1993 au soir et stagne ou presque durant toute la nuit (léger déplacement vers le sud-est). La proximité, en altitude, d’un petit jet de vents forts, renforce les vents en mer et sur la côte.
En début de matinée du lundi 13, la dépression qui se positionne sur le centre de la Bretagne, commence à se combler en reprenant sa progression, vers le nord-est cette fois. Elle quitte la France par la Belgique à la mi-journée le mardi 14.

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer
Trajectoire Pressions niveau mer

III. Vent

Rafales maximales observées les 12 et 13 septembre 1993 Rafales maximales estimées le 12 septembre 1993
Vents maxi observées Rafales maximales estimées

À l’approche de la dépression, les vents de sud-est se renforcent sur la Bretagne à la mi-journée le dimanche 12 septembre 1993. Ils s’orientent au sud-ouest et deviennent tempétueux en milieu d’après-midi sur la Bretagne, le littoral aquitain et la Charente, soufflant à plus de 100 km/h sur le littoral et 80 à 90 km/h dans les terres (mais 112 km/h à Cognac (16)).

Ils continuent de se renforcer dans la soirée avec des rafales de 130 à 150 km/h sur les îles, 100 à 120 km/h sur le littoral (Manche et Atlantique) et dans les terres.

Sur la Loire-Atlantique et la Vendée, le maximum de vent se produit en deuxième partie de nuit alors que plus au sud, les rafales ne dépassent pas celles du dimanche après-midi.

Le déplacement de la dépression dans la matinée du 13 engendre un renforcement des vents sur le Poitou-Charentes, le Limousin et le nord Aquitaine (120 à 140 km/h sur le littoral, 80 à 100 km/h dans les terres) tandis qu’ils faiblissent sur le nord-ouest de la France où ils s’orientent au nord puis nord-ouest.
Le lundi à la mi-journée et dans l’après-midi, la région Centre est touchée par des vents de 80-90 km/h alors qu’en Normandie, seules quelques rafales ponctuelles atteignent ces valeurs. La dépression se comble progressivement en se déplaçant vers le nord-est et les vents faiblissent.

Valeurs remarquables des rafales mesurées entre le 12/09/1993 et le 13/09/1993
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure locale
Pays de la Loire 85 L’Ile d’Yeu 32 140 Le 13/09/1993 à 06h10
Bretagne 22 Plouguenast 235 122 Le 13/09/1993 à 02h15
Bretagne 35 Cancale 40 112 Le 13/09/1993 à 04h15
Bretagne 56 Lorient 45 137 Le 12/09/1993 à 19h42
Pays de la Loire 44 Nantes 26 108 Le 13/09/1993 à 07h08
Poitou-Charentes 17 Pointe de Chassiron 11 140 Le 13/09/1993 à 10h15
Poitou-Charentes 86 Thure 140 104 Le 13/09/1993 à 11h45
Aquitaine 33 Lège-Cap-Ferret 9 126 Le 13/09/1993 à 11h35

Le vent moyen souffle à plus 90 km/h pendant au moins 6h à Belle-Île (59). Entre 1949 et 2013, il n’est arrivé que 5 fois d’avoir un vent moyenné sur 10 minutes aussi fort pendant une période aussi longue : le 12 septembre 1993, le 11 mars 1963, le 20 décembre 1958, le 4 février 1955 et le 25 octobre 1949.

IV. Phénomènes météorologiques associés

Pluies cumulées sur 2 jours

Pluviométrie cumulées des 12 et 13 septembre 1993

Si au cours des 2 jours il tombe 10 à 20 l/m² (ou mm) en général sur la France, les départements touchés par la tempête subissent quant à eux de très fortes pluies dont les cumuls en 2 jours dépassent la quantité normale d’un mois de septembre : 80 à 100 l/m² en Bretagne.

Sur la Charente, la Charente-Maritime et la Gironde, ils excèdent les 50 l/m². Les pluies arrosent la Bretagne toute la journée du dimanche. Des orages abordent l’Aquitaine dans l’après-midi et se déplacent vers le sud-est de la France la nuit suivante et le lendemain. À Saintes, il tombe 23.6 l/m² en 1 heure le 13.

Tandis que le nord-est de la France reçoit des pluies soutenues le 13, dans le centre-est et le sud-est, des orages éclatent. Dans les Alpes-Maritimes ou du Doubs à l’Ardèche et à la Drôme, les cumuls dépassent souvent les 50 l/m² et ponctuellement les 140 l/m².

Dans la nuit du 12 au 13, la mer est démontée et des creux de 6 à 9 m sont observés autour des Îles (Belle-Île, Groix, Yeu).

V. Impacts socio-économiques

On dénombre 3 noyés en Manche et 2 autres en Atlantique (journal sud-ouest). Des centaines de bateaux s’échouent entre Belle-Île et le Bassin d’Arcachon (une vitre de la passerelle du sémaphore de Belle-île s’est même brisée). Le trafic trans-manche est perturbé, 40 000 foyers sont privés d’électricité dans le Finistère, des arbres sont abattus. Des naufragés sont rescapés, des marins sont hélitreuillés.

Les fortes pluies orageuses occasionnent elles aussi des dégâts importants comme à Royan où l’eau est brusquement montée d’un mètre trente près du marché central. Dans le sud de la France les dégâts sur les infrastructures routières s’élèvent à 50 millions de francs : trois ponts sont emportés dans les Alpes-Maritimes dont celui de la nationale 204 qui relie Nice à Turin, des coulées de boue sont signalées.

L’Angleterre et l’Espagne sont également touchées par la tempête.

Informations complémentaires disponibles sur le site des tempêtes avec submersion : étude Vimers des événements de tempête en Bretagne par Météo-France, le SHOM (Service Hydrologique et Océanographique de la Marine) et le Céréma (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).