Tempête Renate du 3 octobre 2006

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : le 3 octobre 2006 à 8 heures locales

Date de fin d’événement : le 3 octobre 2006 à 18 heures locales

Type d’événement : dépression atlantique de type OR (classification Dreveton)

Départements touchés ou régions concernées :

Régions impactées

Aquitaine (Pyrénées-Atlantiques, Landes, Gironde, Dordogne), Poitou-Charentes, Limousin, Midi-Pyrénées (Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Tarn, Aveyron)

Bourgogne (Saône-et-Loire), Languedoc-Roussillon, Auvergne (Puy-de-Dôme), Rhône-Alpes (Loire)

Franche-Comté (Haute-Saône), Alsace (Haut-Rhin)

Les 10 départements les plus impactés : 65, 64, 40, 33, 24, 63, 42, 71, 70, 68

Résumé :
La tempête du 3 octobre 2006 traverse toute la France de la Gironde à l’Alsace dans la journée. Si les vents les plus forts (110 à 130 km/h dans les terres, plus de 160 km/h sur le littoral) sont enregistrés dans le sud-ouest de la France, le nord-est du pays subit quant à lui non seulement des vents de 100-110 km/h mais également des précipitations remarquables. On dénombre un décès, une dizaine de blessés, près de 5000 interventions des services de secours, plus de 250 000 foyers privés d’électricité, des dizaines de routes coupées, des crues historiques dans l’est de la France, des fermetures d’école et d’entreprises…

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
166 km/h au Cap-Ferret (33)
11 heures
9 %
modéré

II. Description de la situation météorologique

En marge d’une vaste zone dépressionnaire s’étirant des Îles Britanniques aux Pays Scandinaves, une dépression secondaire alimentée par de l’air chaud tropical se creuse sur le golfe de Gascogne. Elle aborde les côtes aquitaines en fin de nuit du 2 au 3 octobre 2006. La dépression traverse la France dans la journée en se comblant légèrement et rejoint l’Alsace en soirée.

Outre les violentes rafales de vent et les averses orageuses, cette tempête occasionne également de forts cumuls de pluie du Poitou à l’Alsace.

Une petite dépression annexe se creuse temporairement sur le Golfe du Lion dans l’après-midi.

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer
Trajectoire Pressions niveau mer

III. Vent

La veille de la tempête, à l’approche de la dépression, le vent se renforce dans les Pyrénées, avec le 2 au soir des rafales de 140 à 170 km/h au Pic du Midi (65). Elles ne dépassent plus les 100 km/h le 3 au matin, tandis que sur la côte aquitaine, le vent se déchaîne avec des rafales dépassant les 160 km/h de direction sud-ouest ou ouest. Dans les terres, les vents supérieurs à 130 km/h quittent la Gironde avant 10 h locales, puis traversent la Dordogne. Moins virulents en Charente et sur le Limousin, ils dépassent tout de même les 100 km/h. Secoué pendant plusieurs heures, le Massif central enregistre des rafales de plus de 110 km/h, voire 150 km/h sur le Puy-de-Dôme.

La tempête progresse en deuxième partie d’après-midi sur l’est de la Bourgogne, puis la Franche-Comté, et l’Alsace en début de soirée. Le plus souvent de l’ordre de 100-110 km/h de sud-ouest, les rafales approchent les 150 km/h sur les crêtes. La tempête quitte la France en première partie de nuit.

Au sud de la tempête principale, une petite dépression se creuse à la mi-journée sur le Golfe du Lion et imprime aux vents de 100-110 km/h une direction sud sur la région Rhône-Alpes et nord-ouest sur le Languedoc-Roussillon.

Animation des rafales horaires estimées Carte événementielle Indice de sévérité
Animation Carte événementielle Indice de sévérité
Animation des vents maxima horaires Vent maximal au cours de l’évènement
Animation vent Carte vent
Valeurs remarquables des rafales mesurées le 03/10/2006
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure locale
Aquitaine 24 Coulounieix 212 141 Le 3 à 09h46
Aquitaine 33 St-Sulpice-des-Pommiers 79 136 Le 3 à 08h46
Poitou-Charentes 16 Rioux-Martin 81 114 Le 3 à 09h29
Limousin 87 Limoges 402 104 Le 3 à 11h34
Auvergne 63 Vernines 1045 157 Le 3 à 11h01
Bourgogne 71 St-Yan 242 112 Le 3 à 13h58
Alsace 68 Markstein 1184 149 Le 3 à 19h47
Franche-Comté 70 Villersexel 290 111 Le 3 à 18h45
Languedoc-Roussillon 11 Leucate 42 115 Le 3 à 11h29
Rhône-Alpes 69 Les Sauvages 831 132 Le 3 à 15h06

IV. Phénomènes météorologiques associés

La veille de la tempête, des pluies localement orageuses intéressent la moitié nord de la France.
Elles s’étendent au sud-ouest du pays la nuit suivante et stagnent du Poitou aux Vosges où les cumuls dépassent les 60 mm.

Cumul Pluie sur 2 jours

Pluviométrie cumulée du 2 au 3 octobre 2006

Le 3 octobre 2006, non seulement le passage de la dépression s’accompagne de violentes rafales de vent et de fortes pluies orageuses sur la moitié sud de la France, mais elle accentue également les précipitations de la Charente-Maritime au nord-est du pays.

En 2 jours, il tombe 50 à 80 mm du Poitou à la Champagne et 80 à 130 mm sur l’Alsace et la Lorraine, soit l’équivalent d’un mois de pluie pour le nord-est de la France. La durée de retour de telles quantités d’eau en 2 jours est supérieure à 50 ans (voire 150 ans) dans plusieurs communes des départements des Vosges et du Bas-Rhin.

La Meurthe, la Moselle et leurs affluents débordent pendant 3 jours. Pour la Mortagne (en amont de Nancy), pour la Meurthe amont et pour la Vezouze (affluent de la Meurthe), ces crues sont historiques.

V. Impacts socio-économiques

La violence du vent bouleverse le quotidien dans le sud de la France. Dans le nord-est du pays, le vent et la pluie viennent perturber la société et l’économie.

Les Landes, la Gironde et la Dordogne sont les trois départements qui enregistrent le plus de dégâts dus au vent : un mur s’écroule à l’école St Gabriel à Bordeaux (33) faisant 3 blessés ; d’autres personnes sont blessées dans des accidents de la route en Gironde.

Des écoles sont fermées ; les vols sont retardés à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac ; d’importants retards affectent le trafic ferroviaire.

Les services de secours pratiquent près de 3000 interventions procédant à des évacuations, des dégagements de voies publiques en raison de la chute de nombreux arbres, des bâchages de toitures, des assèchements d’habitations.

250 000 foyers sont privés d’électricité. Des centaines de lignes téléphoniques et des relais de téléphonie mobile sont coupés. Les problèmes liés aux coupures d’électricité et de téléphone persistent pendant plusieurs jours. Un hélicoptère, qui rétablissait des lignes électriques le 5 octobre, chute faisant 3 blessés supplémentaires.

Dans le Massif central et le Limousin, électricité et voies ferrées sont coupées.

Le nord-est de la France est non seulement marqué par les vents forts, mais également par les crues de nombreux cours d’eau dans les Vosges, en Meurthe-et-Moselle et en Moselle, dues à l’abondance des précipitations*. En effet, des quartiers entiers sont inondés par la Meurthe comme à Lunéville (54) et Varangéville (54) :

  • le centre-ville de Rambervillers (88) est recouvert de 80 cm d’eau par la Mortagne.
  • de nombreux axes routiers sont coupés (routes nationales 4, 59, 57 et 420, ainsi qu’une soixantaine de routes départementales).
  • les pompiers effectuent des évacuations de domiciles et d’établissements publics (35 écoles, 4 maisons de retraites).
  • 13 établissements privés subissent des dommages engendrant la mise au chômage technique de plus de 1000 salariés.
  • la distribution du courrier est également perturbé.
  • le trafic ferroviaire est sérieusement affecté dans les Vosges.
  • La chute d’un arbre sur une voiture fait un blessé dans le Doubs.

* À noter que cet événement a justifié, pour la 1ère fois, l’activation de la vigilance crue au niveau rouge en France.