Tempête Oratia du 30 octobre 2000

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 30 octobre 2000 à 06 heures locales

Date de fin d’événement : 30 octobre 2000 à 13 heures locales

Type d’événement : dépression atlantique de type Wd (classification Dreveton)

Départements touchés ou régions concernées :

Régions impactées

Bretagne, Pays de la Loire (Loire-Atlantique), Basse-Normandie, Haute-Normandie, Centre (Loir-et-Cher, Eure-et-Loir, Loiret)

Île-de-France, Picardie, Nord-Pas de Calais, Champagne-Ardennes (Marne, Aube), Bourgogne (Yonne), Franche-Comté

Résumé :
En seconde partie de nuit puis en journée du 30 octobre 2000, une vaste zone dépressionnaire positionnée sur l’Atlantique Nord engendre dans sa partie sud un minimum dépressionnaire. Ce dernier se creuse et évolue en tempête qui balaye le quart nord-ouest de la France avec des rafales côtières de plus de 120 km/h par endroits et 100 à 120 km/h dans l’intérieur des terres.

À noter qu’en marge de la dépression, le vent de sud à sud-ouest avoisine les 100 km/h dans le nord du Couloir Rhodanien et jusqu’en vallée de Saône et au nord de l’Auvergne. Il atteint les 100 à 120 km/h par endroits à proximité des massifs des Vosges et du Jura.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
176 km/h (Cap de la Hève)
7 heures
11 %
modéré

II. Description de la situation météorologique

En seconde partie de nuit du 29 au 30 octobre, une dépression atlantique 978 hPa circule rapidement du sud de l’Irlande au nord de l’Angleterre en se creusant (963 hPa à 07 h locales).
Puis en journée du 30 octobre, elle poursuit son trajet en remontant en mer du Nord, se creusant avec 953 hPa à 13 h locales et 949 hPa à 19 h locales.

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer
Trajectoire Pressions niveau mer

III. Vent

En seconde partie de nuit du 29 au 30 octobre, les vents de sud-ouest soufflent en tempête sur la Bretagne, en Loire-Atlantique puis sur la Normandie, atteignant les 100 à 120 km/h dans l’intérieur, avec des pointes de 120 à 150 km/h sur le littoral exposé.

La tempête s’étend en matinée au nord-ouest de la France et en région parisienne avec des vents de sud-ouest de 100 à 120 km/h dans l’intérieur et de 120 à 176 km/h sur le littoral. Elle touche le nord de la région Centre et l’est de la Champagne-Ardenne en milieu de journée avec des rafales autour de 100 km/h.

La tempête évacue l’est de la Bretagne en milieu de matinée, l’est de la Normandie en fin de matinée, le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie à la mi-journée et enfin l’Île-de-France, le nord de la région Centre, l’est de la Champagne-Ardenne et l’Yonne en début d’après-midi.

Animation des rafales horaires estimées Carte événementielle Indice de sévérité
Animation Carte événementielle Indice de sévérité
Animation des vents maxima horaires Vent maximal au cours de l’évènement
Animation vent Carte vent
Valeurs remarquables des rafales mesurées le 30 octobre 2000
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure de mesure
Bretagne 29 Ouessant-Stiff 64 151 Le 30/10/2000 à 05h54 locales
Bretagne 29 Landivisiau 109 115 Le 30/10/2000 à 02h57 locales
Loire-Atlantique 44 Nantes-Bouguenais 26 101 Le 30/10/2000 à 10h10 locales
Normandie 76 Cap-de-la-Hève 100 176 Le 30/10/2000 à 08h33 locales
Normandie 27 Évreux-Huest 138 104 Le 30/10/2000 à 09h30 locales
Nord-Pas de Calais 62 Boulogne-Sem 73 122 Le 30/10/2000 à 09h32 locales
Nord-Pas de Calais 59 Lille-Lesquin 47 108 Le 30/10/2000 à 10h11 locales
Picardie 80 Meaulte 107 108 Le 30/10/2000 à 09h45 locales
Île-de-France 75 Paris-Montsouris 75 119 Le 30/10/2000 à 11h37 locales

IV. Phénomènes météorologiques associés

Pluviométrie

Pluviométrie du 30 octobre 2000

Cette tempête est accompagnée de forts cumuls de pluies. À l’intérieur de la bande pluvieuse en progression, on note une étroite bande de forte intensité.

Nous relevons des cumuls de 20 à 30 l/m2, sur une durée de 5 à 7 heures, touchant localement l’ouest de la France (Bretagne, Pays de Loire et Normandie) et les régions côtières de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais.

En marge des vents les plus forts, des cumuls de pluies plus marqués concernent le nord du Couloir Rhodanien, la vallée de la Saône et le sud du Plateau Lorrain (de l’ordre de 30 à 50 l/m2). Les pluies remontent dans un flux de sud à sud-ouest.


Durant la tempête, la hauteur des vagues à 07 h légales atteint les 4 à 6 mètres sur Manche Est, plus de 6 mètres sur Manche Ouest et plus de 9 mètres en entrée de la Manche. Une surcote de 110 cm est observée à Saint-Malo.

V. Impacts socio-économiques

Les conséquences de cette tempête sont nombreuses : au moins 3 morts en France (au moins 9 morts en totalisant Irlande, sud de l’Angleterre et France), de nombreux blessés suite à cet événement, des perturbations dans le trafic maritime, ferroviaire et aérien, et des coupures d’électricité :

  • À 04h30, le chimiquier Ievoli Sun naviguant à 40 milles nautiques au nord de l’Île de Batz est victime d’une voie d’eau. L’évacuation de l’équipage (14 marins) a lieu en début de matinée et le tanker remorqué par l’Abeille Flandres coulera le lendemain matin à 35 km du cap de la Hague.
  • Trois ferries (6000 passagers au total), ayant quitté Calais dimanche 29 en fin d’après-midi, passent une nuit mouvementée en mer, le dernier n’ayant rejoint les côtes anglaises que dans l’après-midi de lundi.
  • Les vols d’Air France au départ et arrivée d’Orly sont suspendus à la mi-journée par principe de précaution, reprise vers 15h30.
  • Côté réseau électrique, les rafales de vent causent des dégâts privant de courant des dizaines de milliers de foyers, surtout en Normandie et en Bretagne.

Informations complémentaires disponibles sur le site des tempêtes avec submersion : étude Vimers des événements de tempête en Bretagne par Météo-France, le SHOM (Service Hydrologique et Océanographique de la Marine) et le Céréma (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).