Tempête Dirk de noël 2013

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 23/12/2013 à 21 heures légales

Date de fin d’événement : 25/12/2013 à 05 heures légales

Type d’événement : dépression atlantique de type WD (classification Dreveton)

Départements touchés ou régions concernées :

Régions impactées

Pays de la Loire, Bretagne, Basse-Normandie, Haute-Normandie, Nord-Pas de Calais, Picardie

Île-de-France, Champagne-Ardennes (Marne), Lorraine, Franche-Comté, Bourgogne

Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon (Lozère, Pyrénées-Orientales), Auvergne (Haute-Loire, Puy-de-Dôme)

Ainsi que les massifs pyrénéens en Aquitaine et Midi-Pyrénées et l’Alsace pour les sommets des Vosges

Résumé :
Une dépression très creuse circule en Mer du Nord. Elle génère sur notre pays une tempête baptisée Dirk. De violentes rafales touchent d’abord le Nord-Ouest du pays, avant de concerner une partie du Nord-Est et la plupart des départements du Rhône-Alpes la nuit suivante.

Intensité maximumDuréeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
165 km/h (Chamrousse le 24/12/2013)
33 heures
16 %
Fort

II. Description de la situation météorologique



Un minimum dépressionnaire apparaît le soir du 22 décembre 2013 dans le Nord-Ouest de l’Atlantique. Il se déplace rapidement vers le Nord de l’Écosse en se creusant très fortement, passant de 985 hPa le 23 à minuit à seulement 944 hPa le 23 à 18 heures.

Il se montre alors quasi stationnaire pendant 36 heures, tout en se creusant encore un peu plus. Il atteint sa valeur la plus basse, à savoir 930 hPa, le 24 à 6 heures, avant de remonter lentement. Cela en fait l’une des dépressions les plus creuses observées sur l’Atlantique au cours des trente dernières années.

Pendant près de 2 jours on observe un fort gradient de pression sur tout le Nord-Ouest de l’Europe et en particulier la France, lequel gradient engendre des vents violents.

Trajectoire de la dépression Animation du champ de pression niveau mer
Trajectoire Pressions niveau mer

III. Vent

La tempête aborde la Bretagne à la mi-journée du 23 décembre 2013. Les rafales maximales, de direction sud à sud-ouest, sont rapidement comprises entre 100 et 120 km/h sur tout le littoral breton l’après-midi, puis 120 à 140 km/h en soirée et la nuit suivante.

Elles touchent ensuite la Normandie, la Picardie, le Nord de l’Île-de-France et le Nord-Pas de Calais, avec des pointes avoisinant les 110 km/h dans les terres et sensiblement plus fortes le long des côtes de la Manche, où l’on relève la valeur la plus élevée de ce premier épisode.

Après une accalmie relative dans la journée du 24, un resserrement des isobares sur l’Est du pays provoque un second assaut des rafales (de direction sud à sud-est) au cours de la nuit de Noël. Il concerne cette fois le Sud de l’Alsace-Lorraine, Est de la Bourgogne et du Massif Central, Jura, Nord de la vallée du Rhône, où les pointes sont comprises entre 100 et 120 km/h. Elles sont plus violentes sur les départements du Rhône et de l’Isère, approchant les 130 km/h à basse altitude et dépassant les 160 km/h à Chamrousse, nouveau record de la station.

Animation des rafales horaires estimées Carte événementielle Indice de sévérité
Animation Carte événementielle Indice de sévérité
Animation des vents maxima horaires Vent maximal au cours de l’évènement
Animation vent Carte vent
Valeurs remarquables des rafales mesurées entre le 23/12/2013 et le 24/12/2013
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure locale
Bretagne Finistère Ouessant 64 143 23/12/2013 à 22h58
Normandie Manche Gatteville 4 148 24/12/2013 à 00h20
Nord-Pas de Calais Pas-de-Calais Cap Gris-Nez 45 123 24/12/2013 à 02h23
Franche-Comté Jura La Pesse 1133 133 24/12/2013 à 20h33
Bourgogne Côte-d’Or Chamblanc 182 115 24/12/2013 à 23h09
Alsace-Lorraine Haut-Rhin Markstein 1184 118 24/12/2013 à 23h06
Rhône-Alpes Rhône Brindas 317 126 24/12/2013 à 23h06
Rhône-Alpes Isère Chamrousse 1730 165 24/12/2013 à 21h44

IV. Phénomènes météorologiques associés

Pluie 27 et 28 février 2010

Pluviométrie du 23 décembre 2013

Le vent fort s’accompagne de pluies très soutenues et persistantes en Bretagne ainsi que dans la pointe Nord-Est de la Manche, dans la journée du 23 décembre et la nuit qui suit. Les cumuls finissent par être particulièrement élevés.

Les précipitations débutent en matinée pour s’accentuer nettement au début de l’après-midi. Elles se maintiennent de façon prolongée et avec une forte intensité, dépassant par moments les 5 mm par heure sur certains postes, jusqu’en fin de nuit suivante.

Les quantités relevées au petit matin sont remarquables :

  • en 24 h, il est tombé plus de 50 mm sur une bonne partie de la Bretagne intérieure
  • plus de 80 mm dans le secteur des Montagnes Noires
    Les cumuls les plus importants observés sont :
  • 100,7 mm à Guiscriff (56)
  • 96 mm à Langoelan (56)
    Il s’agit de nouveaux records absolus pour ces deux postes.

Dans de nombreuses autres zones des Côtes-d’Armor, du Finistère et du Morbihan, les valeurs relevées constituent des records quotidiens pour un mois de décembre.

V. Impacts socio-économiques

Un marin russe disparaît en mer au large de Brest, on déplore quelques blessés.

Jusqu’à 128 000 foyers sont privés d’électricité pour la seule Bretagne en raison des chutes d’arbres sur le réseau, et encore plus dans l’Est de la France le jour de Noël.

Un chalet est littéralement soufflé par le vent à Chamrousse, là où on enregistre la plus forte rafale. En Saône-et-Loire, le toit d’un collège est arraché par une bourrasque. Des dizaines de lignes de chemin de fer sont provisoirement coupées.

Les fortes précipitations tombées en Bretagne font suite à une période déjà très arrosée. Elles provoquent une hausse brutale du niveau de certaines rivières, avec comme conséquence la formation ou la reprise de nombreuses inondations, comme à Quimper, Morlaix, Quimperlé, Guingamp…