Synthèse du 18 au 25 décembre 1991

I. Synthèse de l’événement

Date de début d’événement : 18 décembre 1991 à la mi- journée

Date de fin d’événement : 25 décembre 1991 en matinée

Type d’événement : tempête de type Nd jusqu’au 21 puis de type NE les 24 et 25 décembre 1991 (classification Dreveton)

Départements touchés ou régions concernées :

Régions impactées

Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse, Languedoc-Roussillon (Aude, Gard, l’Hérault, Pyrénées-Orientales), Midi-Pyrénées (Aveyron, Lot, Tarn), Basse-Normandie (Calvados), Haute-Normandie (Seine-Maritime), Picardie (Aisne, Somme), Poitou-Charentes (Charente-Maritime), Bretagne, Limousin (Creuse), Rhône-Alpes (Drôme, Savoie), Aquitaine (Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques), Auvergne (Haute-Loire, Puy-de-Dôme), Pays de la Loire (Maine-et-Loire, Vendée), Lorraine (Moselle), Nord-Pas de Calais (Pas-de-Calais), Alsace, Franche-Comté (Haute-Saône), Bourgogne (Saône-et-Loire).

Si tout le pays est concerné, les régions Île-de-France, Centre et Champagne-Ardenne sont moins sévèrement impactées.

Résumé :

Dans un courant très rapide d’ouest à nord-ouest, des perturbations balaient le nord de la France avec des vents tempétueux. Mistral et tramontane sont temporairement violents.
On peut estimer la durée de cet épisode tempétueux à 8 jours entre la première tempête dans le nord du pays et la dernière tempête en Provence.

Remarque : cette fiche détaille la période tempétueuse dans son ensemble du 18 au 25 décembre 1991. Une fiche relate plus précisément la tempête du 20 au 21 décembre ; une autre fiche décrit l’événement tempétueux du 21 au 22 décembre 1991.

Intensité maximumDurée estiméeSurface du territoire métropolitain touchéIndice de sévérité
205 km/h au cap Corse (2B)
7 jours
entre 30 et 40 % sur l’épisode
 ????

II. Description de la situation météorologique

Durant cette période, des dépressions circulent rapidement au nord des Îles Britanniques. L’anticyclone des Açores développe un axe de hautes pressions de l’Espagne aux Alpes.

Coincé entre les deux systèmes, un fort courant s’établit sur le nord de la France avec des vents tempétueux de secteur sud-ouest à l’avant des perturbations et de nord-ouest à l’arrière.

Dans le golfe de Gênes, une dépression se creuse sous le vent des Alpes et les vents sont temporairement violents sur le pourtour méditerranéen.

À partir du 22 décembre, l’anticyclone envahit le nord du pays et se renforce. Les vents se calment au nord de la Loire mais les vents sont toujours tempétueux sur le Languedoc et la Provence.

La trajectoire des perturbations n’est pas significative dans ce type de situation.

Animation du champ de pression niveau mer
Pressions niveau mer

III. Vent

Un premier temps fort se déroule principalement en Corse le 18 décembre, où le vent atteint la vitesse maximale sur la période au Cap Corse avec 205 km/h.

Le 20 décembre, la tempête est la plus généralisée. En effet, le nombre de postes de mesures où la valeur maximale du vent dépasse 100 km/h est important : on relève 183 km/h au Cap Pertusato (2A), 158 km/h au Cap Béar (66), 148 km/h à Cancale (35), 144 km/h à Barneville (62), 140 km/h à la Pointe-du-Raz (29), 137 km/h à Millau (12).

Le 21 décembre, les vents restent violents en altitude, sur les côtes de la Manche et sur le pourtour méditerranéen du Cap Béar à Cannes et en Corse : 166 km/h au Cap Béar (66), 151 km/h au Mont-Saint-Vincent (71), 133 km/h à Brignogan (29).

Le 22 décembre, le vent repasse sous le seuil des 100 km/h sur le littoral de la Manche. Il reste violent en altitude : 144 km/h au Mont Saint Vincent (71) à 600 m et 119 km/h à Aubure (68) à 1101 m. Il se renforce dans le sud-est et notamment le Languedoc-Roussillon avec 191 km/h au Cap Béar et 148 km/h à Narbonne (11).

Le 23 décembre, le littoral de la Manche est de nouveau touché par les vents violents quoique un peu moins violents que l’avant-veille. On mesure toutefois 122 km/h à la Pointe de la Hague (50), 119 km/h à Barneville. La Corse et la côte d’Azur sont sorties de la tempête mais le littoral méditerranéen de Cap Béar à Marseille est encore concerné avec des vents un peu supérieurs à 100 km/h.

À partir du 24 décembre, les vents dépassant 100 km/h en pointe se cantonnent au sud-est avec 130 km/h à La Couronne le 24 à 17h45 et encore 119 km/h à Istres la nuit suivante à 1h09.

Rafales maximales le 18 décembre, la Corse est la seule région vraiment touchée Rafales maximales du 19 au 21 décembre la tempête est la plus généralisée Rafales maximales du 24 au 25 décembre le vent violent ne concerne que le sud-est
Vents maxi le 18/12/1991 Vents maxi les 19 et 21 décembre Vents maxi les 24 et 25 décembre
Valeurs remarquables des rafales mesurées sur la période du 18 au 25 décembre 1991
RégionDépartementPosteAltitude (m)Vent instantané
maximal (km/h)
Date et heure locale
Corse 2B Cap Corse 72 205 18/12 à 15h50
Languedoc-Roussillon 66 Cap Béar 82 191 22/12 à 05h35
Bourgogne 71 Mont Saint Vincent 601 151 21/12 à 17h15
Bretagne 35 Cancale 40 148 20/12 à 11h25
Languedoc-Roussillon 11 Narbonne 110 148 22/12 à 14h00
Basse-Normandie 50 Barneville 62 144 20/12 à 04h35
Bretagne 29 Pointe de Penmarch 3 140 20/12 à 06h15
Midi-Pyrénées 12 Millau 712 137 20/12 à 03h19

IV. Phénomènes météorologiques associées

Précipitations

Cumul pluviométrique du 19 au 21

Pluviométrie cumulée sur 3 jours du 19 au 21 décembre 1991

De forts cumuls de précipitations sont observés en 3 jours dans les secteurs exposés au courant d’ouest à nord-ouest : les Alpes du Nord, les Vosges et la façade occidentale du massif central.

Il tombe notamment 123 litres/m² d’eau à Bourg-Saint-Maurice et près de 120 litres/m² à Chambéry. À contrario, les zones soumises à un effet de foehn sont peu ou pas arrosées : pourtour méditerranéen, plaine d’Alsace.

Les précipitations dans les Alpes tombent sous forme de neige dans les stations alpines. Aux Arcs et à la Rosière, on mesure 2 m de neige fraîche sur l’ensemble de l’épisode.

État de la mer

En Corse, l’état de la mer atteint la valeur « mer grosse » soit avec des creux de 6 à 9 mètres, le 20 décembre à La Parata.

V. Impacts socio-économiques

En Corse, des arbres et des tuiles sont arrachés, le trafic aérien est suspendu. La tempête provoque également l’effondrement d’une verrière au lycée Clémenceau à Sartène.

Par ailleurs, des blocages sur les routes d’accès aux stations de ski ont lieu en raison des grosses chutes de neige dans les Alpes du Nord.

Informations complémentaires disponibles sur le site des tempêtes avec submersion : étude Vimers des événements de tempête en Bretagne par Météo-France, le SHOM (Service Hydrologique et Océanographique de la Marine) et le Céréma (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).

Accès à la fiche détaillée de la tempête historique du 20 décembre 1991
Accès à la fiche détaillée de la tempête historique du 22 décembre 1991